Connaître le Phragmite aquatique

Le Phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola) est menacé à l’échelle mondiale, mais aussi le passereau le plus menacé d’Europe continentale (classé "VU" sur la liste rouge de l'UICN).

Les estuaires du Parc possèdent vraisemblablement une importance internationale pour la conservation de l’espèce.

 

En France, un plan national d’actions 2022-2031 en faveur du Phragmite aquatique a été mis en place pour améliorer l’état de conservation de l’espèce : plus d'information sur ce site.

L’utilisation du littoral français pour la migration postnuptiale du Phragmite aquatique induit une responsabilité pour les sites d’escale migratoire.
Identifiés comme une zone d’escales potentielles d’importance, les estuaires des Hauts-de-France - tous compris dans le Parc naturel marin - possèdent vraisemblablement une importance internationale pour la conservation de l’espèce.

Cette responsabilité, couplée aux faibles connaissances concernant l’utilisation réelle des estuaires par le Phragmite aquatique, a poussé le Parc naturel marin et le Conservatoire d’espaces naturels des Hauts-de-France (animateur du plan régional d’actions Hauts-de-France en faveur du Phragmite aquatique) à entreprendre une étude d’évaluation des capacités d’accueil des estuaires pour l’espèce.

Phragmite aquatique ( Acrocephalus paludicola)

Phragmite aquatique ( Acrocephalus paludicola)

Pierre Fichaux

Phragmite aquatique ( Acrocephalus paludicola)

Pierre Fichaux

Estuaires de la Slack et de l’Authie

En 2023, le Parc naturel marin et le CEN Hauts-de-France ont lancé une étude sur l’évaluation des capacités d’accueil des estuaires de la Slack et de l’Authie en faveur du Phragmite aquatique, suivis d’une réflexion sur les mesures de gestion susceptibles d’améliorer, si besoin, leurs capacités d’accueil.

Ce travail a été réalisé par Léo-Paul Godderis (stage), avec un comité de suivi composé d’acteurs locaux (gestionnaires d’espaces naturels, associations ornithologiques, conservatoire national botanique, chasseurs, services de l’Etat) et avec des partenaires extérieures (Bretagne Vivante qui coordonne le plan national d’actions en faveur du Phragmite aquatique, RNN Baie de l’Aiguillon).

Cette étude a été financée par le Parc naturel marin et la DREAL Hauts-de-France (coordinatrice du plan régional d’actions Hauts-de-France).

Les principaux résultats sont :

  • Identification des végétations potentielles et favorables au Phragmite aquatique dans les estuaires de la Slack et de l’Authie ;
  • Nouvelle version de la Typologie nationale ACROLA proposée : meilleure prise en compte des végétations estuariennes, meilleure appréhension des niveaux d’humidité en se basant sur les gradients utilisés par le CBN de Bailleul ;
  • Réalisation de cartographies d’habitats ACROLA dans l’estuaire de la Slack et de l’Authie pour évaluer les surfaces d’accueil ;
  • Identification des facteurs d’influence et enjeux présents sur les estuaires de la Slack et de l’Authie en vue de proposer des mesures de gestion favorable au Phragmite aquatique et intégratives de l’ensemble des enjeux du secteur.
  • L’identification des taxons de flore, de faune et des syntaxons patrimoniaux présents dans les deux estuaires a révélé l’importance écologique des habitats fréquentés par le Phragmite aquatique pour un large panel d’espèces et d’associations végétales.
  • Proposition d’un tableau de bord pour chaque estuaire présentant l’état actuel de l’enjeu, les facteurs d’influence, l’objectif opérationnel, le résultat attendu et le ou les opération(s) de gestion.

Télécharger le rapport de l'étude

Pour en savoir sur le Phragmite aquatique (démographie, aire de répartition, situation en France, habitats favorables, menaces), une synthèse bibliographique a notamment été réalisée dans le cadre de cette étude : rapport à consulter à partir de la page 14.